facebook_pixel

Le huitième continent, un véritable monstre en plastique

Le huitième continent, un véritable monstre en plastique


Le « huitième continent » correspond à la présence massive de plastiques et autres objets polluants présents dans les océans. En effet, selon l’association Race for water, chaque année ce sont 25 millions de tonnes de déchets plastiques qui sont rejetées dans les océans.

Ces déchets proviennent à 80% des continents et le reste des bateaux. Ils sont à 90% d’origine plastique.

Le « huitième continent » ou « la soupe de plastique » se situe au nord-est de l’océan pacifique. Il mesure 6 fois la superficie de la France. Ce sont des déchets qui sont emprisonnés par les courants et l’effet de la rotation de la terre. Ils se retrouvent coincés dans un énorme gyre océanique. Gyre vient du grec qui signifie rotation, il s’agit donc d’un grand tourbillon d’eau océanique provenant des courants maritimes. Les scientifiques estiment qu’il existe 4 autres gyres ou « vortex marins » répartis dans les océans.

Le plastique, dangereux pour l’avenir de l’écosystème

Dans ces gyres, on retrouve surtout des microplastiques, un peu de polypropylène ou encore du polyéthylène (PE) flottant à la surface des océans. Ce polyéthylène (PE) est surtout utilisé dans le secteur de l’emballage plastique. Le problème de ces micro et nano plastiques est qu’ils s’intègrent peu à peu à la chaîne alimentaire via le phénomène de la bioaccumulation et c’est un véritable problème pour les animaux.  Ces particules sont souvent confondues avec le plancton par les poissons, méduses, mammifères, tortues et oiseaux. Les animaux mangent ainsi des morceaux de plastiques qui finissent par s’accumuler dans leurs estomacs… et parfois dans nos assiettes.
Il semblerait que les animaux ne soient pas les seuls touchés… Selon des chercheurs malaisiens, sur 16 marques de sels répartis dans huit pays différents, 15 contiennent des microplastiques.  

Association Race for Water  

Race for Water http://www.raceforwater.com/  est une fondation suisse fondée par Marco Simeoni en 2010.
Premièrement, il a lancé une expédition maritime en 2015 afin d’établir un bilan et de faire connaître la pollution marine. Ce bilan est alarmant : des milliers de tonnes de déchets polluent les océans et des îles non habitées qui ressemblent maintenant à des décharges.

Deuxièmement, l’association et des chercheurs ont lancé une nouvelle expédition qui va durer 5 ans et qui a commencé en avril 2017 à bord d’un catamaran 100% autonome. Les chercheurs et les scientifiques sensibilisent la population sur la pollution plastique dans les océans. En même temps, ils réalisent des études scientifiques et font la promotion du système de pyrolyse.

La pyrolyse, solution contre la pollution plastique ?

Ce système inventé par la société française d’ingénierie ETIA breveté Biogreen® peut transformer les déchets plastiques en énergie. En effet, ce prototype va transformer les déchets plastiques en gaz synthétique qui, par combustion, va créer de l’électricité.  La machine fonctionne 24h/24 et peut traiter 5 à 12 tonnes de déchets par jour.

Pour les scientifiques du R4W, enlever tous les déchets plastiques grâce à la pyrolyse est illusoire et impossible. Pour eux, il  faudrait traiter le problème à la source en ramassant directement les déchets avant qu’ils n’atteignent la mer ! Ainsi, le rendement de 20 centimes par kilowattheure d’électricité du système de pyrolyse permettra de payer des collecteurs de rue dans les pays en développement afin de ramasser les déchets plastiques.

Il y a aussi d’autres alternatives : recycler davantage de plastique, éviter les emballages ou intégrer du plastique recyclé dans les emballages nécessaires comme les flaconnages.

Le temps presse car si rien ne change, en 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans. (Fondation Ellen MacArthur).

 

Sources :

http://www.septiemecontinent.com/a-propos/

https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/race-for-water-un-catamaran-vert-autour-du-monde-pour-des-oceans-plus-bleus_112024

https://www.letemps.ch/sciences/dechets-plastiques-se-subliment-gaz-oceans-respirent

https://www.lejdd.fr/societe/race-for-water-une-machine-pour-sauver-locean-de-la-pollution-3420152

 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire