facebook_pixel

Le co-farming : vers une agriculture plus responsable

co-farming

Le co-farming : vers une agriculture plus responsable

Alors que l’économie collaborative bat son plein l’agriculture, elle aussi, semble s’intéresser au partage. La nouvelle tendance ? Le co-farming : une pratique qui consiste à mettre en relation des agriculteurs via Internet, pour qu’ils puissent échanger des biens ou des services.

 

Créer une communauté d’agriculteurs

 

Le métier d’agriculteur est plutôt solitaire au quotidien. Pour faire bouger les choses, les sites de co-farming offrent donc aux exploitants d’intégrer une plateforme d’échange. C’est le cas notamment d’Agrifind, qui a pour vocation de favoriser la communication entre les agriculteurs.

 

Faire des économies considérables

 

Par ailleurs, le co-farming a pour but de permettre la réduction des coûts. Les agriculteurs d’une même région peuvent se louer ou se prêter des outils de travail qu’avant l’ère du collaboratif, ils auraient été obligés d’acheter. Au-delà des échanges de biens matériels, le co-farming invite aussi à un véritable échange de compétences et de savoir-faire, pour que chaque agriculteur puisse mieux mener son exploitation.

 

Internet, au service d’une agriculture plus durable

 

Par le numérique, les plateformes de co-farming permettent de rendre visibles des ressources jusqu’alors ignorées des agriculteurs. Il ne s’agit plus simplement de demander un coup de main à son voisin, mais de construire une communauté d’entraide. Mutualiser les compétences et la main-d’œuvre permettra sur le long terme d’offrir une plus grande force de frappe aux agriculteurs. L’idée ? Favoriser, notamment, la vente directe au consommateur, comme le fait La Ruche qui dit oui.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire