facebook_pixel

Crowdsharing, crowdshipping… On vous dit tout sur les plateformes collaboratives

plateforme collaborative

Crowdsharing, crowdshipping… On vous dit tout sur les plateformes collaboratives

L’économie solidaire appelée aussi économie de partage génère de nouveaux modèles économiques. Le jargon inhérent à cette nouvelle forme d’échange mérite que l’on en définisse les termes.

Le concept de crowdsharing

La sémantique de ce mot désigne à la fois la foule (crowd) et le partage (sharing). Effectivement c’est bien la foule, autrement dit tout un chacun, qui occupe le premier rôle dans cette économie du partage où tout se passe de Pair à Pair et où internet joue un rôle clef dans la réalisation des échanges. C’est pourquoi dans le contexte de l’économie sociale et solidaire on parle aussi d’économie du partage (sharing economy) ou encore d’économie collaborative. Pour faciliter ces échanges et les synergies entre l’offre et la demande des utilisateurs, on voit naître depuis quelques années des plateformes communautaires basées sur l’échange d’idées, de services ou de biens entre particuliers.

economie collaborative

 

Le concept de crowdshipping

Le crowdshipping (l’envoi collaboratif de colis) est un des multiples secteurs du crowdsharing. Quand un individu ou une entreprise veut expédier une marchandise, les plates-formes de crowdshipping proposent un réseau de transporteurs. Ce peut être des professionnels ou des particuliers, suivant le modèle retenu par chaque plateforme. Ces transporteurs sont approuvés et certifiés par la plateforme via un système de modération des profils et de notations entre usagers.

La plateforme joue alors le rôle de tiers de confiance. Elle permet la réalisation de transactions entre plusieurs personnes qui ne se connaissent pas en donnant la garantie à chacun d’entre eux que l’autre partie honorera son engagement. Garantir la livraison de son colis à la personne qui l’envoie. Garantir le paiement de la transaction à la personne qui transporte un colis. Assurer à tous la sécurité et la légalité des transactions, etc…

La puissance du modèle de crowdshipping par rapport à l’industrie traditionnelle du transport de marchandises réside dans le fait qu’il ne nécessite pas d’infrastructure en dur, ni d’entrepôts, ni de flottes de véhicules dédiée. Il ne supporte pas de coûts fixes importants tels que le carburant et les charges salariales.

La technologie permet de réduire les coûts. Elle propose des offres très compétitives au consommateur. Celle-ci apporte aussi beaucoup de valeur ajoutée en termes de qualité de service. La flexibilité à la livraison est améliorée, les services ré-humanisés. Elle optimise les ressources mises en œuvre. Elle participe ainsi à la préservation de l’environnement.

Notre application PimPamPost s’inscrit pleinement dans ce concept de crowdshipping. Notre souci permanent : de réduire autant que possible l’impact environnemental du transport de colis. Nous nous différencions de nombreuses autres plateformes collaboratives en misant en priorité sur les transports en commun pour le développement de nos activités.

 crowdsharing

 

L’économie collaborative en chiffres

D’après une étude PWC de septembre 2016, l’économie collaborative représenterait 83 milliards d’euros de chiffre d’affaires en Europe d’ici 2025. Elle représente 4 milliards aujourd’hui. Les cinq principaux secteurs concernés sont : la finance, l’hébergement, le transport, les services à la personne et les services aux entreprises. Les transactions devraient atteindre 570 milliards d’euros d’ici 2025. On estime actuellement à 28 milliards d’euros le total des transactions dans les principaux secteurs de l’économie collaborative européenne.

En 2015, les transports collaboratifs représentaient près de la moitié des revenus générés parmi les cinq secteurs clés de l’économie collaborative. Soit un total de 1,7 milliard d’euros.
En France, pays européen leader du secteur, les pratiques collaboratives représentent 3,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Elles pourraient représenter le triple d’ici 2018.

8 Français sur 10 pratiquent déjà l’économie collaborative ou souhaitent vivement adopter cette nouvelle façon de consommer. Ceux qui font appel à cette forme de consommation expliquent qu’ils sont enthousiastes à l’idée de payer moins cher (63%). D’autres apprécient de bénéficier de réductions spécifiques (55%). Les utilisateurs de cette « sharing economy » sont également enjoués à l’idée de donner une seconde vie aux objets (38%). Ils désirent participer à un modèle de consommation bénéfique au bien commun et à la société (28%).
(source : Planetoscope )

les chiffres de l'economie solidaire

Aucun commentaire

Laisser un commentaire